1er février : Pas à pas

Cela fait donc un mois que je suis à Trouville. C’est complètement fou ! Et je me demande bien sûr combien j’ai vu et appris jusqu’à présent ?

Mon univers

Comme je suis exclusivement piétonne, mon rayon n’est pas le plus grand. Néanmoins, j’ai fait un grand tour de découverte en dehors de la promenade touristique de la plage et de la « rue commerçante » de la rue du Bain …

Si j’avais été intéressé, j’aurais certainement jeté un coup d’œil à la grande église. Mais je ne l’ai pas fait. En revanche, j’ai surtout trouvé intéressantes les minuscules maisons mitoyennes qui semblent se disputer la meilleure vue, ici, en haut de la pente, face à la mer.

Certaines d’entre elles, à défaut d’un balcon, ont de jolis petits espaces extérieurs qui font face à leur maison. Et hé : par minuscule et mignon, je veux dire vraiment minuscule ! J’aimerais bien jeter un coup d’œil à l’intérieur d’une de ces petites maisons, pour voir si on peut vraiment y vivre ? Mais je suis peut-être juste une chose de luxe gâchée par le vieux bâtiment de Schwabing… Malgré tout, je me suis très bien arrangée avec ma mini-mini salle de bain sous les toits – et je me suis enfin réjouie d’être devenue une petite personne.

Aujourd’hui, je partage avec vous quelques photos supplémentaires. Car à Trouville, il n’y a pas que la plage et la mer. Que ce soit les villas typiques, les rues et ruelles du village ou encore la jolie petite Touques qui mène le visiteur de Trouville à la petite ville en longeant ses berges …

&nbsp ;

Mon cours

Ceux qui me connaissent savent que je suis disciplinée et assidue (mon Dieu, cela sonne terriblement bien : bourgeoise et complètement à l’image de Mademoiselle Rottenmeier … enfin, c’est ce que c’est, hein). Je veux dire que j’apprends vraiment.

Chaque jour, je prends une leçon dans mon manuel d’apprentissage Langenscheidt. Il y a 30 leçons et j’en suis à la leçon 11. Selon l’application Housekeeping, il me reste 18 jours sur 36 (attendez : c’est la mi-temps !), mais je pense qu’avec un petit travail spécial, je vais certainement réussir à terminer toutes les leçons …

Ensuite, il y a mon calendrier d’apprentissage des langues, qui m’a offert aujourd’hui la citation suivante d’Albert Camus :

Oui, j’ai une partie : la langue française. – Oui, j’ai une patrie : la langue française.

Bon, d’accord. Cela n’ira sans doute pas jusque-là chez moi, mais ce qui « revient » effectivement, ce sont des mots et des constructions de phrases qui me viennent soudain à l’esprit. Comment ça ? Ils ne me viennent pas simplement à l’esprit : ils me poursuivent jusque dans mon sommeil. Car je me surprends à essayer de former des phrases en français dès que j’éteins la lumière. Pas si facile de s’endormir quand on se demande si le passé composé de se coucher se forme avec avoir ou être et si dormir est plutôt dormir ou aller au lit.

Mais le point fort de mon apprentissage linguistique est mon professeur particulier de « Acadomia Caen ». Selon le temps dont nous disposons, nous avons rendez-vous par Skype : Nous bavardons un peu et faisons les exercices correspondants. En tant que passionnée de grammaire et de phonétique, j’avoue volontiers que cela me plaît énormément. Il me corrige aux bons endroits, il me félicite pour ma prononciation (merci, merci, merci pour ça) et nous découvrons ensemble du vocabulaire que je ne connais pas encore. Tout est donc comme prévu. Mais ce qui me rend vraiment heureuse, c’est ce qui suit : Dans la vraie vie, mon professeur de français est professeur d’allemand dans une école française (il parle également anglais et probablement un peu russe). Et en tant qu’ex-professeur d’allemand, j’ai toujours l’impression que nous profitons l’un de l’autre – je trouve notre échange, le fait de donner et de recevoir, merveilleux ! Demain, c’est mon prochain cours. Les choses avancent :

Pas à pas.

Laisser un commentaire

WordPress Cookie Notice by Real Cookie Banner