12 février : En y va- au marché !

Tout d’abord, une chose importante : à l’exception de la photo de couverture de cet article (c’était la vue de la fenêtre de ma cuisine ce matin, honnêtement), toutes les photos ont été prises par Thomas (merci !). Pour ma part, j’étais une fois de plus bien trop occupée à regarder et à m’émerveiller pour penser à prendre des photos… je ne suis vraiment pas faite pour ce monde Insta…

Marché aux puces à Deauville

Premier arrêt : la brocante de la Salle des Fêtes, avenue de la République. Ce vide-grenier, je l’avais noté et prévu depuis longtemps. Constat : je suppose que les marchés aux puces en intérieur ont la même odeur dans le monde entier – un peu de moisi, un peu de naphtaline et quelque chose de poussiéreux. Naturellement, cela pose un petit problème à Yvette (hihi). Mais plus sérieusement, j’ai été surprise de voir que même sur un tel marché aux puces « non professionnel », il y avait des choses que j’ai dû contourner plusieurs fois pour ne pas les acheter (chien en porcelaine blanc et noir, assez grand/vieux foulards en soie peut-être vraiment Dior/petits pots de pilules fins). Les prix étaient étonnamment acceptables. Pourquoi n’ai-je pas acheté ? – Parce que j’ai peur des kilomètres de retour en train ! De plus, j’avoue que j’étais un peu mal à l’aise dans la foule et au milieu de tous ces gens.

Marché de Deauville

Deuxième arrêt : Place du Marché (où d’autre ?). Mais bien sûr, c’est aussi l’endroit absolument parfait pour un marché – avec des halles en plein air et à colombages, colorées et odorantes dans leur mélange de foulards et de livres, de chapeaux et de vêtements, de stands de fruits et de légumes, de comptoirs de poissons et de viandes. Mais la palette des gens du marché vaut également le détour. On y trouve des hommes âgés, lisses, opérés et maquillés, accompagnés de fiffis en peluche, à côté de la grande dame en zibeline (malheureusement certainement réelle), de jeunes choses un peu trop bruyantes qui essaient des cardigans avec un peu trop de polyester et, bien sûr, le traditionnel vendeur de marché rondouillard, dont le sourire espiègle trouve son chemin à travers le masque jusqu’aux yeux brillants.

Les marchés font partie de Trouville et de Deauville comme la plage et les mouettes. Celui de Trouville a d’ailleurs lieu tous les mercredis et dimanches :

Allons ! Au marché !

Laisser un commentaire