24 janvier : Une belle journée !

Tout d’abord, oubliez mes bêtises d’hier concernant le petit manteau gris et tout le reste ! Le soleil m’a accompagnée du matin au soir tout au long de ce lundi.

Et cela signifiait – avec Carlo – d’abord une tâche de femme de chambre dans le 4 (un très bel appartement ; et celui avec la meilleure cuisine). Ensuite, une promenade avec Brodie au Mont Canisy était prévue. Oliver et moi nous sommes d’abord enregistrés (j’avoue : à mon initiative) à la Maison du Monde. Ensuite seulement, nous nous sommes promenés. Puis nous avons profité du soleil couchant, déjà un peu frais, devant le Cyrano à Deauville (nous étions vraiment assis dehors – sérieusement). De retour à l’hôtel, le jour nous a encore bien embrassés : le jeu de lumière après cinq heures sur la mer était tout simplement spectaculaire.

Que dire de plus ? – Une belle journée !

Une bonne journée!

Mont Canisy

Situé à une bonne centaine de mètres au-dessus de la mer, il donne sur la côte, sur les petits villages de la Côte Fleurie dont les villas Belle Époque se pressent sur la plage et s’enfilent comme des perles, et sur le marais plat derrière. Il y a divers petits bancs pour profiter de cette vue. Mais il y a aussi les anciens « bunkers en béton » (appelés casemates, c’est-à-dire des voûtes fortifiées pour se protéger des tirs d’artillerie) que l’on peut escalader et parcourir. Tout cela est un peu déconcertant. Surtout si l’on se rend compte que des canons ont effectivement explosé dans ces cratères, parfois assez grands, pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est d’ici que l’estuaire et le port du Havre devaient être sécurisés. Et pourtant, il semble juste que la réserve naturelle fissurée, avec ses sentiers et ses murs cachés, rappelle aujourd’hui cette période sombre.

Le Cyrano, Deauville

Oliver m’a fait connaître Arthur Van Colen, le patron du Cyrano. Issu d’une dynastie de restaurateurs de Trouville, il s’est mis à son compte en 2021, en plein cœur de Corona, avec son joli café de jour. Il est situé dans l’une des rues les plus fréquentées de Deauville, mais donne sur un petit parc aux arbres centenaires. « Mes clients sont un mélange varié : des vieux et des jeunes, des moins bien payés et des mieux payés, de tous les milieux », raconte ce sympathique père de deux jeunes enfants. Il ouvre très tôt, car beaucoup de personnes se rendant au travail (entre autres les jockeys de l’hippodrome) viennent y boire leur premier café. Et à midi aussi, la bonne cuisine est demandée. Le Cyrano est vraiment parfait pour un after-work ou un petit apéro en rentrant chez soi. Il ferme à 20h30 et Arthur rentre alors en famille, satisfait de son succès et de sa « super équipe ».

Laisser un commentaire