3 février : Le travail avant le plaisir …

Est-ce que j’ai écrit ici que ce n’était pas la saison ? En tout cas, nous avons actuellement des clients en semaine et le week-end est complet. C’est bien sûr parfait pour la maison de ville. Mais pas pour mes ongles – je me languis d’une manucure et de mon cher rouge vif …. La semaine prochaine et la semaine d’après, il y a aussi des vacances en France. Yvette s’inquiète donc presque un peu de ce que cela signifie pour son cours de français : on verra.

En tout cas, Carlo et moi avons virevolté aujourd’hui à travers le 2. Et je pense que nous nous sommes plutôt bien débrouillés – en tant qu’équipe et dans le temps !

Voilà, la 2

J’ai nettoyé la 2 pour la première fois aujourd’hui. Elle se trouve au rez-de-chaussée, juste à droite après la porte d’entrée. C’est là qu’elle accueille ses hôtes avec une convivialité stylée dans un vaste combiné cuisine-séjour-plaisir. Les boiseries blanches et le magnifique parquet ancien sont super élégants. Un papier peint à motifs discrets et des rideaux stylés complètent l’esthétique particulière. Ici, il y a de la place pour bavarder et se prélasser, pour cuisiner et se régaler.

Dans la chambre à coucher vraiment petite d’à côté, on ne peut mettre qu’un lit queen-size et une grande armoire. La salle de bains moderne en noir et blanc fait du numéro 2 un endroit vraiment propre.

Mais il faut quand même savoir que le 2 : Tous les clients de la maison passent par là. Et au rez-de-chaussée, la lumière du jour n’est pas toujours au rendez-vous, surtout en hiver … mais d’un autre côté, il suffit de quelques pas pour se rendre à Trouville, à la plage ou dans la petite cour arrière qui complète le royaume des hôtes de la Townhouse avec le spa au sous-sol.

Et sinon?

Ces deux dernières semaines, nous avons eu un chantier assez massif dans la maison d’à côté ou sur le toit – et qui a malheureusement aussi bien ravagé notre arrière-cour. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous étions trois à nous occuper de la remise en état (:-) de cette arrière-cour ! Ouf ! Pas si beau que ça …

… mais je me suis dit que je méritais quelque chose de bien après. C’est pourquoi je suis sortie de mon corset d’Yvette, je me suis peint un visage, je me suis habillée proprement et je me suis promenée à Deauville. Je dois avouer que ce n’était pas seulement la promenade, l’aération après le travail accompli,

qui m’a rendu heureux : Je me suis effectivement offert une nouvelle tenue. Mon achat porte-bonheur est une combinaison. Et oui, cela ressemble à une tenue de travail :-).

Mais je ne peux que trouver mon nouveau jumpsuit en jean gris foncé méga cool : Probablement surtout parce que je m’y sens comme une Astrid normale – et pas comme Yvette. Mais bon : dans l’aventure que je me suis choisie, la règle est la suivante

le travail avant le plaisir!

Laisser un commentaire